Rendre les contenus accessibles

Tant pour les entreprises que pour les organismes à but non lucratif et de bienfaisance, la création d’un site Web et de contenus accessibles est bien plus qu’une pratique exemplaire : il s’agit d’une mesure essentielle qui augmente la portée de l’organisation et bénéficie à tous les utilisateurs.

La présente section porte sur la création de contenus Web accessibles.

Retour au haut de la page

La publication de vidéos

Si votre organisation compte publier une vidéo en ligne, prévoyez l’ajout de sous-titres qui le rendront plus accessible. En plus d’être utile aux personnes vivant avec une déficience auditive, le sous-titrage offre une panoplie d’avantages :

  • Les utilisateurs dont la langue première n’est pas celle utilisée dans la vidéo, utilisent les sous-titres pour mieux suivre le contenu.
  • Les sous-titres permettent de faciliter la compréhension d’un dialogue rapide, marmonné, prononcé avec des accents régionaux ou lorsqu’il y a des bruits de fond.
  • Les sous-titres aident à clarifier l’information contextuelle comme les noms complets, les marques ou des termes techniques.
  • Ils favorisent la concentration, ce qui peut améliorer l’expérience des utilisateurs ayant une difficulté d’apprentissage ou un déficit d’attention ou celle des utilisateurs autistes.
  • Les utilisateurs qui regardent des vidéos dans des environnements silencieux, comme un bureau ou une bibliothèque, peuvent avoir besoin de sous-titres.
  • Le sous-titrage des vidéos en ligne permet de susciter l’intérêt des utilisateurs et d’améliorer leur expérience.

L’AMEC fournit de l’information sur les différentes techniques de sous-titrage dans son module en ligne intitulé « Comment créer des contenus numériques accessibles : un guide à l’intention des fournisseurs de services » (pour créer votre compte l’outil en ligne de l’AMEC gratuitement, veuillez écrire à l’adresse awickware@chha.ca).

Retour au haut de la page

La publication de contenus audio

Lorsqu’on publie du contenu audio, il est important de l’assortir d’une transcription complète pour en assurer l’accessibilité, surtout lorsque le contenu comprend des dialogues.

Plusieurs bonnes raisons justifient la transcription des contenus. Tout d’abord, la transcription rend le contenu accessible aux personnes qui préfèrent l’utilisation d’un support textuel. Puis, elle permet d’ajouter des liens au contenu audio afin de faciliter le repérage de l’information. La transcription améliore aussi l’indexation et l’optimisation des moteurs de recherche. De plus, certaines personnes aiment lire le contenu tout en l’écoutant afin de mieux en saisir le message. Finalement, la transcription rend le contenu accessible aux utilisateurs sourds et aveugles par l’entremise d’afficheurs braille dynamiques.

Le type de lecteur multimédia intégré dans le site Web est aussi à prendre en considération. Les lecteurs multimédias doivent offrir des options comme le réglage du volume et permettre de contrôler la lecture, par exemple arrêter, reculer et rejouer le contenu. Ces caractéristiques sont utiles pour les personnes vivant avec une déficience auditive, car elles leur permettent de revenir sur certains mots ou sur certaines portions du dialogue qu’elles peuvent avoir mal comprises à la première écoute.

Retour au haut de la page

La création de sites Web accessibles

L’accessibilité est un élément crucial dont il faut tenir compte lorsqu’on crée un site Web. Elle fait en sorte que tous les utilisateurs jouissent d’un accès égal, en plus de permettre aux entreprises et aux organismes d’augmenter leur lectorat de façon appréciable. De plus, les sites Web accessibles génèrent habituellement de meilleurs résultats de recherche, ont des coûts d’entretien moindres et touchent un plus grand public. Les efforts d’accessibilité doivent tenir compte des groupes suivants :

  • Les personnes vivant avec une déficience auditive. Les personnes sourdes ou malentendantes ne peuvent pas accéder à du contenu sonore. Les vidéos doivent donc être sous-titrées et les contenus audio seulement, doivent être transcrits. Les gens qui s’identifient à la communauté sourde peuvent préférer des vidéos avec un langage gestuel qui appuie le contenu.

  • Les personnes vivant avec une perte de vision. Les personnes aveugles ont tendance à s’en remettre à un dispositif d’assistance vocale (comme un lecteur d’écran) ou tactile (un afficheur braille dynamique). Les images offertes sur le Web qui ne sont pas accompagnées d’un texte alternatif (aussi appelés « alt text ») ne seront pas d’une grande utilité aux utilisateurs de ce type de dispositifs. Les personnes malvoyantes peuvent utiliser un logiciel de grossissement de texte qui permet d’agrandir, en tout ou en partie, un écran visuel. L’utilisation d’agrandisseur lorsque le texte fait partie d’une image pose des difficultés : l’image devient pixélisée et moins nette. À moins que le texte fasse partie d’une marque, il est préférable d’éviter les images représentant du texte dans votre contenu Web. Certaines personnes préfèrent agrandir la police des sites Web au moyen des fonctions standards des navigateurs Internet, comme Ctrl + dans les navigateurs Windows et Command + dans les navigateurs Mac. Les personnes ayant une forme de daltonisme peuvent éprouver des difficultés à parcourir les sites Web où les couleurs ont une valeur informative. Il faut songer à utiliser des combinaisons de couleurs contrastées et s’assurer que la conception ne repose pas seulement sur les couleurs pour communiquer de l’information. Par exemple, les liens doivent être soulignés et les boutons encadrés.

  • Les personnes ayant des difficultés d’apprentissage ou un déficit cognitif. Les personnes qui ont des difficultés d’apprentissage peuvent utiliser un dispositif d’assistance vocale ou un logiciel qui surligne les mots ou les phrases au fur et à mesure qu’ils sont lus par synthèse vocale. L’utilisation d’un langage clair et simple, facilite la compréhension d’un site Web pour tous.

  • Les personnes vivant avec une incapacité physique. Les personnes vivant avec une incapacité physique qui touche l’utilisation de leurs mains, qu’elle soit temporaire ou non, peuvent être incapables d’utiliser une souris. Elles peuvent alors utiliser les raccourcis clavier ou des technologies fonctionnelles comme la reconnaissance de la voix, les pointeurs optiques ou buccaux et des systèmes de commande par le regard.

  • Les utilisateurs d’appareils mobiles. Les gens qui utilisent un appareil mobile (téléphone intelligent, tablette) pour aller sur le Web rencontrent souvent des obstacles à l’accessibilité puisque leur écran est petit (et qu’ils sont peut-être dehors, éblouis par le soleil). Ces personnes peuvent avoir besoin d’agrandir une section ou d’augmenter la taille de la police. Il est aussi plus probable qu’elles utilisent une interface tactile plutôt qu’une souris. N’oubliez pas que les iPod et iPhone d’Apple ne supportent pas Adobe Flash.

  • Les utilisateurs ayant une bande passante limitée. Les gens des régions éloignées ou qui n’ont pas les moyens de payer une connexion Internet à haute vitesse, même s’il s’agit maintenant d’un droit au Canada, peuvent être limités par une connexion Internet plus lente. Les pages qui se chargent rapidement sont utiles pour ces utilisateurs. Il convient d’inclure des images optimisées qui sont compressées pour pouvoir être affichées sur le Web avec des textes alternatifs. Offrir la possibilité à l’utilisateur de voir des images de meilleures résolutions et des transcriptions pour les contenus sonores et visuels est également une bonne pratique.

Le Gouvernement du Canada a aussi conçu la Boîte à outils de l’expérience Web (BOEW). Il s’agit d’un ensemble d’outils mis à la disposition de quiconque désire créer des sites Web accessibles et novateurs.

Les organisations qui ont déjà créé un site Web et qui désirent savoir si ce dernier respecte les règles d’accessibilité du W3C peuvent utiliser les listes et les outils de vérification suivants pour tester l’accessibilité de leur site :

  • WebAIM's WCAG 2.0 Checklist pour documents HTML - http://webaim.org/standards/wcag/checklist

    (En anglais seulement) Cette liste de vérification offre un survol de plusieurs mesures d’accessibilité et de recommandations pour mettre en place les règles et principes HTML requis afin que les sites Web se conforment aux dispositions des règles WCAG 2.0. Le vocabulaire utilisé a été simplifié comparativement au texte original des règles WCAG 2.0 afin d’en faciliter l’adoption et de permettre la vérification de l’accessibilité des pages Web.

  • W3C Markup Validator - https://validator.w3.org/unicorn/?ucn_lang=fr

    Le Markup Validator est un outil et un service gratuit qui valide le balisage, c’est-à-dire qu’il vérifie la syntaxe des documents Web écrits en formats comme (X)HTML. Le Validator compare votre document HTML à une syntaxe définie de HTML et souligne toutes les différences, les erreurs de syntaxe qui peuvent poser problème aux appareils fonctionnels qui parcourent votre site Web. C’est donc un outil utile pour déterminer si le codage fonctionne comme il le devrait et pour repérer les problèmes potentiels.

  • Tangaru Contrast Finder - http://contrast-finder.tanaguru.com/?lang=fr

    Le Tangaru Contrast Finder peut analyser le contraste des couleurs de tous les éléments d’une page à la fois en écrivant l’adresse Web dans le champ URL. L’augmentation du contraste de couleurs entre l’arrière-plan et la police du texte est importante pour les personnes malvoyantes.

  • W3C CSS Validation Service - http://www.css-validator.org/validator.html.fr

    Le CSS Validation Service vérifie la validité des feuilles de style en cascade (CSS). Le CSS est un style de feuille utilisé pour décrire la présentation d’un document balisé. Il organise le contenu visuellement. La plupart des sites Web modernes comprennent des feuilles de style CSS.

  • ARIA Validator pour Chrome - https://chrome.google.com/webstore/detail/aria-validator/oigghlanfjgnkcndchmnlnmaojahnjoc

    (En anglais seulement) Cet outil ajoute des boutons à votre navigateur Chrome sur lesquels vous pouvez cliquer lorsque vous voulez valider l’utilisation d’ARIA dans une page HTML. Il vérifie également les doublons d’identifiants dans votre HTML. Il ouvrira un nouvel onglet qui indiquera les erreurs et les avertissements pour chaque case qu’il peut lire sur la page. Cliquez sur le lien vers la boutique en ligne Chrome et recherchez ARIA Validator for Chrome pour télécharger l’extension.

Retour au haut de la page

Ressources pour les chapitres et secteurs de l’AMEC

Quand les membres d’AMEC demandent à leur bureau local pour des informations sur l'accessibilité diffusante, les options suivantes sont disponibles :

Si vous ne pouvez pas avoir accès à l'Outil En ligne d’AMEC, un document en format accessible est disponible. Cliquez sur le lien suivant pour télécharger : « Comment créer des contenus numériques accessibles : un guide à l’intention des fournisseurs de services »

Il existe plusieurs ressources utiles qui traitent de l’accessibilité :

Règles, politiques et pratiques exemplaires :

Règles du CRTC - http://www.crtc.gc.ca/fra/accueil-home.htm

  1. Normes de communication Web du Gouvernement du Canada - http://www.tbs-sct.gc.ca/ws-nw/index-fra.asp

  2. Normes d’accessibilité intégrées en vertu de la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (Voir 2.14 : Sites et contenus Web accessibles) - https://www.ontario.ca/fr/lois/reglement/110191

  3. Norme sur l’accessibilité des sites Web du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada - http://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=23601

  4. Règles pour l’accessibilité des contenus Web du World Wide Web Consortium (W3C) - https://www.w3.org/Translations/WCAG20-fr/

  5. Politique sociale de l’Association canadienne des radiodiffuseurs - http://www.cab-acr.ca/french/societal/default.shtm

Retour au haut de la page